Radio Enciclopedia. Une station de radio pour tous les moments de la vie.
Radio Enciclopedia Radio Enciclopedia
SIGNAL DIFFUSÉ EN TEMPS RÉEL   NOUVELLES   EXCLUSIVES   CURIOSITÉS   LÉGENDES   GRILLE DES PROGRAMMES   QUI SOMMEN NOUS?
   Modifié: 2018.09.24 - 23:03:52
   ESPAÑOL 
  Chaîne RSS - Radio Enciclopedia
Suivez nous sur:
|
  
  ACCUEIL  >>  EXCLUSIVES 
_____________________________________________________________________________________

Cuba et Martí: cette profonde incarnation

Publié: 2018.02.16 - 15:16:57   /  miguel.dario@renciclopedia.icrt.cu  /  Miguel Darío García Porto  /  Traduit par: Aimée Darlington Dickinson  /  web@renciclopedia.icrt.cu
  

Cuba et Martí: cette profonde incarnationIl n’est pas fréquent de trouver une telle identification entre un pays et un homme qui a atteint la transcendance et l’imbrication incarnées, entre Cuba et Jose Marti.

« Même si parfois tout semble éloigné du besoin strictement patriotique, tout ce qu’il a fait et écrit se dégage, sur les plans moral, philosophique et esthétique, de son angoissante préoccupation fondamentale : conquérir la liberté de Cuba, trouver des voies dignes pour l’ avenir, lui rendre justice et l’équilibre dans le monde » a exprimé le poète et essayiste Cintio Vitier dans son essai Marti : Cuba .

Et cette incarnation profonde est cohéremment assumée dans la mesure où il réussit ses discours, ses lettres, ses chroniques, ses poèmes, son goût et sa clairvoyance sur le monde, l’esprit de toute la patrie qu’il joint sans cesse à la révélation de nos natures les plus fines et universelles à la configuration de notre destin.

Sa grandeur s’étend à travers les textes éminents tels que les discours Avec tous et pour le bien-être de tous, Notre Amérique, Les Nouvelles Générations (Los Pinos Nuevos), le Manifeste de Montecristi, Journal de campagne ou les dernières lettres qu’il a écrites à Federico Henriquez y Carvajal et à son cher ami mexicain Manuel Mercado.

“Ces pages, jamais uniques, font cristalliser la pensée politique et philosophique de Marti. Cependant, nous savons qu’il n’a pas de pages perdues et que toute son écriture, même celle qui paraîtrait hasardeuse, garde indéfiniment les éclairs de son génie de par sa charge intellectuelle, émotionnelle ou stylistique » – a souligné Vitier.

L’action révolutionnaire de l’Apôtre est indissolublement liée à l’œuvre poétique de Cuba qui jaillit et resplendit comme eau de source fertile dans son oratoire et ses écrits.

L’auteur de Ce soleil du monde moral a remarqué à ce sujet : “ L’identification de Cuba et de Marti, qui atteint un caractère sacré, se relève limpide tout au long de son œuvre, non seulement dans son aspect historique et politique mais aussi dans la perpétuité symbolique d’un homme qui est vite devenu l’emblème et l’inspiration de son peuple ».

Le Héros de Dos Rios représente le sommet d’une tradition éthique, esthétique, politique et culturelle de la nation cubaine qui est née vers la fin du XVIIIe siècle et qui a fructifié en toute splendeur en sa personne : «Les idées De Caballero, Varela, Heredia, Saco, Del Monte, Luz brillent à l’école de Mendive mais celles de Marti les dépassent car la profondeur, la valeur de son génie ainsi que le caractère radical de sa vision politique devancent le temps qu’ il a vécu ».

Quant à l’action politique, trois courants fondamentaux se disputent pendant tout le siècle –l’indépendantisme, le réformisme, l’annexionnisme – ils sont bien définis lorsque Marti assiste à l’école de Mendive.

Tel est le contexte lorsque Marti, vers ses 15 ans, apparaît à la vie politique. Aîné d’une famille pauvre, des parents immigrants espagnols, à cet âge-là, il est un cubain à part entière, dès la racine tellurique à la fragance des fleurs.

Au déclenchement de la Guerre des Dix ans, Marti est disciple et protégé de Rafael Maria de Mendive, héritage culturel et patriotique résumé en peu de lignes, saisi par Marti sans effort, sans intérêt mais comme un legs qui lui est propre.

Convaincu de son indépendantisme, il écrit le sonnet 10 Octobre ! Malgré la répression espagnole il participe aux évènements insurrectionnels au Théâtre Villanueva et profite de la liberté d’impression, peu avant dictée, pour publier l’éditorial de « Le Diable boiteux » et le poème dramatique Abdala dans le journal La Patrie libre (janvier 1869).

À cause de ses textes subversifs et de sa participation directe à l’agitation havanaise il est mis en prison politique. L’expérience dans la prison lui permet de connaître l’injustice du système colonial qui le marque à jamais, un souvenir indélébile qui le conduit à Dos Rios.

Il s’est adonné à Cuba et lui a consacré des pages mémorables. Dans sa lettre à Gonzalo de Quesada y Arostegui, datée à Montecristi le 1er avril 1895 et considérée son testament littéraire, il a modestement écrit : « De Cuba, qu’est-ce que je n’ai pas écrit ? Aucune page ne me semble digne d’elle-même : rien de ce que nous allons faire me semble digne (…) Vous savez pertinemment que servir c’est ma meilleure façon de parler ».

En Somme, qui est cet homme que Gabriela Mistral a appelé “ l’homme le plus pur de notre race »? L’Apôtre de Cuba, Le Précepteur ou tout simplement notre Jose Marti. Il reste le Cubain le plus complet, ses pratiques ressemblent à celles des Chevaliers illustres du Moyen Âge qui cherchaient la rose étrange de Lil au sommet des montagnes pour l’offrir à la bien aimée ; le poète a dit un jour : «Avec les pauvres du monde je veux tirer mon sort ».À l’aube, il a trouvé la rose étrange et l’a offerte à sa bien aimée éternelle : Cuba.
 

Nombre de visites:343
 
  
Descargue Flash Player
  
  •  LES ARTICLES LES PLUS LUS 
Miguel Diaz-Canel déclare que Cuba mise sur un dialogue respectueux avec les États-Unis - 41 visitas
__________________________
Trinidad, ville artisanale, monde, artisanat - 13 visitas
__________________________
80 mille réunions pour le débat du projet de Constitution - 11 visitas
__________________________
L’enquete sur l’accident aérien du 18 mai entre dans sa phase cruciale - 9 visitas
__________________________
Diaz-Canel a reçu le président du Comité des relations extérieures du Sénat des États-Unis - 6 visitas
__________________________
Cuba et l’OCEO signent un mémorandum d’entente pour le développement des liens culturels - 1 visitas
__________________________
Le ministre cubain de la Culture se rend dans le musée de la musique - 1 visitas
__________________________
  
___________________________________________________________________________________________________________________________
  
   Radio Enciclopedia.Edifice N. Rue N entre 23 et 21, Vedado, La Havane, Cuba.
   Developé par Rédaction numérique de Radio Encyclopédie Dessiné pour IE4 y NC4, Res: 1024 x 768

   © Droits d'auteur Radio Enciclopedia, 2011
Directrice générale : Luisa Márquez Echevarria
courriel: lmarquez@renciclopedia.icrt.cu.
numéros de téléphone : (53 - 7) 8361882,8361883