Radio Enciclopedia. Une station de radio pour tous les moments de la vie.
Radio Enciclopedia Radio Enciclopedia
SIGNAL DIFFUSÉ EN TEMPS RÉEL   NOUVELLES   EXCLUSIVES   CURIOSITÉS   LÉGENDES   GRILLE DES PROGRAMMES   QUI SOMMEN NOUS?
   Modifié: 2017.10.23 - 15:17:02
   ESPAÑOL 
  Chaîne RSS - Radio Enciclopedia
Suivez nous sur:
|
  
  ACCUEIL  >>  EXCLUSIVES 
_____________________________________________________________________________________

Filippo Pacini,celui qui a découvert le choléra

Publié: 2017.07.10 - 17:03:25   /  alinaig@enet.cu  /  Alina Iglesias Regueyra  /  Traduit par: Enma Santos Pérez  /  web@renciclopedia.icrt.cu
  

Filippo Pacini,celui qui a découvert le choléraSes parents Francesca Pacini et Umiltà Dolfi qui étaient tous les deux cordonniers et très pauvres. Ils voulaient que de manière fantastique leur fils devienne ni plus ni moins qu'un évêque. Ils l'ont poussé à suivre des études religieuses dans le Séminaire Épiscopale de Pistoia et plus tard dans l'Académie classique.

Néanmoins les rêves de l'enfant s'éloignaient de plus en plus de ceux de ses parents et après l'école secondaire il a commencé l'étude des sciences naturelles. C'est pour cela qu'il a abandonné la carrière ecclésiastique en 1830 et a choisi celle de médecine.

Il est de devenu médecin chercheur et anatomiste sous la tutelle de Paolo Savi, un très connu naturaliste et géologue italien et s'est spécialisé en processus microscopiques qui ont lieu à l'intérieur du corps humain.

La première aventure de Filippo Pacini avec la science a eu lieu cinq ans après avoir exécuté la sage décision qui a défini sa vie. C'était lors du cours de dissection dans l'Ecole de Médicale de sa ville natale.

Là, il a découvert de petites organelles sensorielles du système nerveux humain, capables de détecter la tension et les vibrations mais il n'a pas publié sa recherche jusqu'à 1840 dans la Société Médicale et Physique de Florence. Son travail scientifique a été bien reconnu en Europe et les nouvelles structures ont été nommées "corpuscules de Pacini".

Actuellement on sait qu'il s'agit de l'un des cinq types de récepteurs sensoriels de la peau et qui se trouvent en plus grand nombre dans les mains et les pieds mais aussi dans les membranes entre les os, le péritoine, le pancréas et les organes sexuels.

Après son succès avec la découverte des corpuscules, la deuxième aventure scientifique de ce sage homme a eu lieu pendant la préparation du microscope en 1854 où Pacini a identifié et découvert les
Bacilles du choléra.

Celle-ci est une maladie infectieuse intestinale aiguë provoquée par la bactérie Vibrio cholerae qui produit une diarrhée épaisse et grise qui sent le poisson. Dans sa forme sévère, la diarrhée est liquide et abondante et mène très vite à la déshydratation.

Elle a été nommée lors des siècles passés comme la maladie bleue ou noire, la fièvre algide grave, la passion courroucée, le choléra, entre autres noms. Provient de la même racine que le mot côlon relatif à la bile ou le fiel en grec. Les premières descriptions du choléra ont été faites par le grec Hipócrates (460-377 avant Jésus-Christ), par Galeno aussi (129-216) et par Wang Shuhe (180-270) mais sans souligner la cause du mal.

La même année où Pacini découvre le choléra, John Snow médecin britannique démontre que sa cause se trouve dans la consommation des eaux polluées avec des matières fécales.

Après la découverte de Pacini, un autre sceintifique : Jaume Ferran i Clua a élaboré le premier vaccin. L’infection peut être bénigne ou asymptomatique mais peut s’aggraver facilement en provoquant la mort c’est pour cette raison qu’elle devait être arrêtée.

La découverte de Filippo Pacini, John Snow et Jaume Ferran s’avère énormément important si l’on tient compte des rapports isolés de choléra qui existaient jusqu’à 1817 mais cette année débute la première pandémie suivi de deux autres jusqu’à la sixième décennie du XIX siècle. Elle se propage par toute la planète durant les guerres puisqu’elles mettaient en contact diverses ethnies et de cette façon favorisaient la dénutrition et l’insalubrité des campements et des villages dévastés.

L’OMS reconnait six pandémies successives au XIX siècle et jusqu’au début du XX qui on a tué des milliers de personnes dans tous les continents. La deuxième de 1829 a touché Cuba considérablement. D’autres ont eu lieu en 1852, en 1863, de 1881 à 1896 et de 1899 à 1923.

L’actuelle pandémie, la septième, a commencé en Asie en 1961 (son berceau originaire), elle est arrivée à Afrique en une décennie et à Amérique trente ans plus tard. L’explosion initiale a affecté entre 3 et 5 millions de personnes par an et sont morts 120 000 malades. De nos jours, le choléra est devenu endémique dans beaucoup de pays.

A Haïti, en 2010 l’infection a été conséquence d’un tremblement de terre qui a eu lieu en janvier de la même année et qui a conduit à des conditions sanitaires déficitaires et à la surpopulation de personnes.

Filippo Pacini, qui a découvert le Vibrion du choléra n’a pas créé de famille. Tout ce qu’il possédait l’a laissé à ses deux sœurs malades. Il est mort pauvre à Florence le 9 juillet 1883. L’humanité se souviens de lui maintenant respectueusement, avec admiration et reconnaissance.

Nombre de visites:164
 
  
Descargue Flash Player
  
  •  LES ARTICLES LES PLUS LUS 
Prix Puertas de Espejo aux écrivains Enrique Pérez Díaz et Modesto Caballero Ramos - 81 visitas
__________________________
Le lecteur à l’usine de tabac - 80 visitas
__________________________
Abel, l’élu - 72 visitas
__________________________
Macuiltépetl va t’apprendre à apprécier ta pauvreté - 67 visitas
__________________________
Mamey, à la Biennale de Lyon - 1 visitas
__________________________
  
___________________________________________________________________________________________________________________________
  
   Radio Enciclopedia.Edifice N. Rue N entre 23 et 21, Vedado, La Havane, Cuba.
   Developé par Rédaction numérique de Radio Encyclopédie Dessiné pour IE4 y NC4, Res: 1024 x 768

   © Droits d'auteur Radio Enciclopedia, 2011
Directrice générale : Luisa Márquez Echevarria
courriel: lmarquez@renciclopedia.icrt.cu.
numéros de téléphone : (53 - 7) 8361882,8361883