Radio Enciclopedia. Une station de radio pour tous les moments de la vie.
Radio Enciclopedia Radio Enciclopedia
SIGNAL DIFFUSÉ EN TEMPS RÉEL   NOUVELLES   EXCLUSIVES   CURIOSITÉS   LÉGENDES   GRILLE DES PROGRAMMES   QUI SOMMEN NOUS?
   Modifié: 2017.10.23 - 15:17:02
   ESPAÑOL 
  Chaîne RSS - Radio Enciclopedia
Suivez nous sur:
|
  
  ACCUEIL  >>  EXCLUSIVES 
_____________________________________________________________________________________

Rita Longa: l’art pour ne pas perdre la lucidité

Publié: 2017.07.04 - 14:37:58   /  web@radiorebelde.icrt.cu  /  Laura Barrera Jerez  /  Traduit par: Enma Santos Pérez  /  web@renciclopedia.icrt.cu
  

Rita Longa: l’art pour ne pas perdre la luciditéCe dont Rita avait peur n’a jamais eu lieu. Elle a commencé à faire des expositions en 1932 et l’a fait constamment jusqu’à l’an de sa mort. Diana c’est ce qu’elle a exposé en premier, une œuvre en plâtre platiné qui suggérait un commencement avec un avenir rempli.

Ses créations ont toujours été faites en fonction de ses soucis. Elle a brisé les règles beaucoup de fois et a réinventé des manières de faire: elle a été l’avant-garde de son époque. Le jeu avec les proportions et la stylisation des figures jusqu’à réussir à avoir la plus belle élégance, étaient l’exigence indispensable dans chaque contour. La sinuosité particulière de ses œuvres fait preuve d’une esthétique propre, toujours suggestive, avec des milliers de métaphores sans l’explicitation des messages directs. Ceux qui profitent de son art ont aussi envie de le contempler une fois après l’autre et plus tard ils sauront l’identifier pour toujours avec la signature unique: Rita Longa Aróstegui.

Depuis qu’elle a commencé en 1928 à l’Ecole de Peinture et de Sculpture de San Alejandro elle a bien défini sa vocation. Plus tard elle est entrée dans le Lycée de La Havane où elle a étudié de 1930 à 1932. Par contre, même si elle avait cette formation académique, ellesoulignait toujours l’esprit autodidacte de sa carrière: “Mes premiers œuvres étaient des jeux de lignes et de formes, la recherche des solutions intrépides, de nouvelles expressions, des tâtonnements qui ont acquis plus d’assurance “.

Dans cette croissance soutenue elle a été une des fondatrices du Studio Libre de Peinture et Sculpture où elle a donné des cours afin de tailler en utilisant la technique directe. Elle a travaillé avec les peintres Eduardo Abela, René Portocarrero, Mariano Rodríguez et Domingo Ravenet et a fondé et dirigé le Conseil Consultatif pour le Développement de la Sculpture des Monuments et de l’Environnement (CODEMA en espagnol).

Rita Longa: l’art pour ne pas perdre la luciditéOn dit en plus, que ce don pour transformer le plâtre et le bronze en délice, se traduisait aussi en un sentiment maternel et doux envers ceux qui l’entouraient, notamment les plus jeunes. Le sculpteur Tomás Lara qui a pu apprécier cette lueur a dit: “Rita est un paradigme de la sculpture contemporaine cubaine, une personne de double importance. Tout d’abord par tout ce qu’elle a fait pour le développement de la sculpture contemporaine cubaine et en plus parce que même si elle est une femme, a eu de grands élans et beaucoup d’énergie- on dirait aussi que maternelle- lorsqu’elle s’occupait de tous ceux qui étions des jeunes à l’époque et elle nous accueillait “.

Elle était habituée aux applaudissements et portait toujours la même simplicité. En 1995 au moment de recevoir le Prix National d’Arts Plastiques elle a parlé à propos de l’affection que lui démontraient les gens: “Les personnes connaissent mon travail parce qu’elles le voient depuis plus de 60 ans et c’est ça la seule raison de ma popularité. C’est le temps et la récurrence ce qui impose l’œuvre d’un artiste. Peu importe si les gens se rappellent son nom ou pas. C’est le travail ce qui reste. “

Avec ce concept elle nous a laissé la svelte Santa Rita de Casia, qui a été critiquée lors de sa première pour être une œuvre trop sensuelle pour avoir une signification religieuse mais appréciée par la critique pour être emblématique et révolutionnaire pour son époque… Elle nous a laissé les quatre bustes en bronze de l’indien Hatuey situés dans la ville de Baracoa; le “Groupe familial” du Parc Zoo de La Havane qui a été son premier travail avec des animaux et la Fontaine des Antilles comme référence à l’histoire du cacique Jaias.

Selon la légende, ce cacique a conservé le cadavre de son fils dans une citrouille quand celui-ci est mort .Au bout des années, au moment d’ouvrir le sarcophage, ont émergé de son intérieur des poissons et de l’eau et c’est comme ça que les Antilles sont nées…

Rita Longa: l’art pour ne pas perdre la luciditéL’œuvre de Rita Longa était le résultat de l’imagination débordante des gens et d’histoires populaires. Ces inspirations sont résumées en une de ses œuvres la plus aimée, La Vierge du Chemin. Là elle a jeté deux pièces quand la statue a été fondue et puis comme par conception divine les passants ont commencé à jeter des pièces à la sculpture.

Selon la propre Rita, tous les soirs une délégation de Charité venait, on ramassait l’argent en public et on prenait un acte de la quantité d’argent et le déposait dans un compte crée à cet effet. “Il est arrivé à avoir cent mille pesos. J’ai connu un garçon qui avait un bras artificiel payé de cet argent de la Vierge et j’ai connu une fillette qui était née sans les jambes et dans la mesure où elle grandissait peu à peu avec ce même argent on les lui a achetées “.

Pour ces raisons Rita Longa ne pouvait pas avoir peur des hauteurs ni de la fatigue du travail ni du risque de parier sur les jeunes. Un jour elle l’a avoué: sa seule crainte était de perdre la lucidité et que le fil de son inspiration se casse.

Nombre de visites:76
 
  
Descargue Flash Player
  
  •  LES ARTICLES LES PLUS LUS 
Le lecteur à l’usine de tabac - 106 visitas
__________________________
Abel, l’élu - 91 visitas
__________________________
Macuiltépetl va t’apprendre à apprécier ta pauvreté - 88 visitas
__________________________
Prix Puertas de Espejo aux écrivains Enrique Pérez Díaz et Modesto Caballero Ramos - 84 visitas
__________________________
Mamey, à la Biennale de Lyon - 64 visitas
__________________________
  
___________________________________________________________________________________________________________________________
  
   Radio Enciclopedia.Edifice N. Rue N entre 23 et 21, Vedado, La Havane, Cuba.
   Developé par Rédaction numérique de Radio Encyclopédie Dessiné pour IE4 y NC4, Res: 1024 x 768

   © Droits d'auteur Radio Enciclopedia, 2011
Directrice générale : Luisa Márquez Echevarria
courriel: lmarquez@renciclopedia.icrt.cu.
numéros de téléphone : (53 - 7) 8361882,8361883