Radio Enciclopedia. Une station de radio pour tous les moments de la vie.
Radio Enciclopedia Radio Enciclopedia
SIGNAL DIFFUSÉ EN TEMPS RÉEL   NOUVELLES   EXCLUSIVES   CURIOSITÉS   LÉGENDES   GRILLE DES PROGRAMMES   QUI SOMMEN NOUS?
   Modifié: 2017.11.06 - 14:43:27
   ESPAÑOL 
  Chaîne RSS - Radio Enciclopedia
Suivez nous sur:
|
  
  ACCUEIL  >>  LÉGENDES 
_____________________________________________________________________________________

Carlos Gardel t’attends à La Chacarita

Publié: 2017.08.07 - 15:34:25   /  web@radiorebelde.icrt.cu  /  Laura Barrera Jerez  /  Traduit par: Enma Santos Pérez  /  web@renciclopedia.icrt.cu
  

Carlos Gardel t’attends à La ChacaritaIl y a encore des gens qui discutent le lieu de naissance de Carlos Gardel, l’homme dont la voix a été déclarée « Mémoire du monde ». Les versions ont souligné trois pays : la France, l’Uruguay et l’Argentine. Par contre, en vie le Morocho del Abasto évadait le thème : semble-t-il qu’il minimisait son importance. Peut-être sa légende n’est pas restée associée à l’endroit de sa naissance mais aux confins silencieux et symboliques où reposent ses restes.

Même si Carlos Gardel est mort avec seulement 45 ans, sa vie et ses tangos lui ont suffit pour obtenir de grands privilèges : à Argentine on le considère un de deux défunts miraculeux le plus connu du cimetière de l’Ouest de la Villa de Buenos Aires, connu comme La Chacarita.

Le 24 juin lors de l’anniversaire de sa mort, beaucoup de ses suiveurs se réunissent devant sa tombe pour accéder à la crypte si l’on ouvre les portes. Parfois, les membres de l’Association Amis de Carlos Gardel ont organisé l’entrée des visiteurs. Dessous, dans l’endroit sacré, on voit deux cercueils : l’artiste est au sommet et dans l’autre, repose sa mère.

Jusque là arrivent beaucoup de croyants qui font confiance aux pouvoirs du chanteur : ils s’appuient sur le sarcophage, conversent, le remercient, lui demandent des services…La légende s’est étendue de tel façon que même quand on ne peut pas y accéder jusqu’à l’intérieur, les visiteurs font confiance à la froideur du marbre qui recouvre le panthéon : ils approchent leurs mains et font des prières comme si depuis l’intérieur réapparaissait une force protectrice avec le même ton mystique de ces tangos emblématiques.

Dehors il y a aussi une statue perpétuant sa figure : souriant, comme lors de la plénitude de sa vie, prêt à recevoir toutes les offrandes possibles. C’est comme ça que le raconte la chercheuse María Julia Carozzi de l’Université Catholique Argentine : Cimetière de l’Ouest. Le 24 juin 2003. Un membre de l’Association Gardelienne et une fille qui a l’air d’être sa petite fille sont debout a côté de la statue de Gardel,ils classent les fleurs des visiteurs qui arrivent et allument les cigarettes qu’ils placeront après un après l’autre dans sa main droite. On a couvert de fleurs l’espace entre le bras gauche de la statue et son corps. Les œillets rouges abondent. On a aussi placé un petit écusson de Racing dans le rabat du chanteur. Un homme chante ému, avec une fleur blanche dans la main en regardant aux yeux de cette statue souriante qui représente Gardel face à son chant ».

Le 24 juin 1935 est mort le chanteur dans un accident aérien à Medellin, Colombia. Le cinq février 1935, retournaient ses ossements à Buenos Aires. Selon on dit, 30mille personnes ont attendu le cercueil et cela serait uniquement le début des longues vénérations.

Entre des fleurs, des cigarettes et des prières, beaucoup de plaques ont été placées en dehors de sa tombe en remerciement à ses concessions. Là on trouve les souvenirs affectueux d’uruguayens, de cubains, de mexicains, de brésiliens, de chiliens, de péruviens, d’équatoriens, de colombiens, de dominicains, de vénézuéliens, d’allemands, de français, d’espagnols, de japonais, d’américains…Là-bas on devine le scintillement des lumières qu’au loin marque le retour. « Retourner avec le front flétri, les neiges du temps ont recouvert ma tempe, sentir que la vie est un souffle, que vingt ans c’est rien, que le regard inquiet, errant dans les ombres te cherchent et te nomment. Vivre avec l’âme accrochée à un doux souvenir que je pleure encore une fois… »
 

Nombre de visites :64
 
 
  
Descargue Flash Player
  
  •  LES ARTICLES LES PLUS LUS 
Le lecteur à l’usine de tabac - 101 visitas
__________________________
Abel, l’élu - 87 visitas
__________________________
Prix Puertas de Espejo aux écrivains Enrique Pérez Díaz et Modesto Caballero Ramos - 84 visitas
__________________________
Macuiltépetl va t’apprendre à apprécier ta pauvreté - 84 visitas
__________________________
Mamey, à la Biennale de Lyon - 55 visitas
__________________________
  
___________________________________________________________________________________________________________________________
  
   Radio Enciclopedia.Edifice N. Rue N entre 23 et 21, Vedado, La Havane, Cuba.
   Developé par Rédaction numérique de Radio Encyclopédie Dessiné pour IE4 y NC4, Res: 1024 x 768

   © Droits d'auteur Radio Enciclopedia, 2011
Directrice générale : Luisa Márquez Echevarria
courriel: lmarquez@renciclopedia.icrt.cu.
numéros de téléphone : (53 - 7) 8361882,8361883