Radio Enciclopedia. Une station de radio pour tous les moments de la vie.
Radio Enciclopedia Radio Enciclopedia
SIGNAL DIFFUSÉ EN TEMPS RÉEL   NOUVELLES   EXCLUSIVES   CURIOSITÉS   LÉGENDES   GRILLE DES PROGRAMMES   QUI SOMMEN NOUS?
   Modifié: 2018.01.15 - 17:02:01
   ESPAÑOL 
  Chaîne RSS - Radio Enciclopedia
Suivez nous sur:
|
  
  ACCUEIL  >>  LÉGENDES 
_____________________________________________________________________________________

Existe-t-il une sirène laide?

Publié: 2017.12.01 - 20:43:00   /  web@renciclopedia.icrt.cu  /  Laura Barrera Jerez  /  Traduit par: Raizman Barzaga  /  web@renciclopedia.icrt.cu
  

Les contes portent toujours sur des sirènes qui habitent les profondeurs de l’océan et qui nagent vers la plage afin de conquérir l’amour. On imagine des êtres magiques et sensuels qui attirent l’attention des marins. Même leurs chants sont comme des sortilèges provoquant des naufrages. Cependant, selon la légende latino-américaine, dans le fleuve Uruguay habite une sirène. Son courant se croise avec celui du fleuve Paraná et tous les deux forment l’embouchure du Plata. Leurs eaux passent à travers le Brésil, l’Argentine y compris l’Uruguay, après avoir parcouru plus ou moins 440 mille km2.

Depuis beaucoup d’années, les hommes du Sud et ceux qui habitent près de la côte ouest du pays parlent d’une sirène connue de tous. Beaucoup d’entre eux assurent l’avoir vue, par contre les pêcheurs de Montevideo ne la voient pas aussi rayonnante avec une queue de poisson et de courbes de femme, mais tout à fait le contraire.

À El Salto, c’est l’une des histoires les plus racontées et pour la majorité des habitants, tant de témoignages est la preuve de son existence. Après la construction d’une très belle sculpture pour rendre hommage à la desse Iemanja (connue sous les noms de Yemoja, Ymoja) par les dévotes de la religion umbanda, sur la plage Las Cavas, près de cette zone du fleuve on a plusieurs fois témoigné de l’apparition de cet être incontournable.

Selon l’écrivain Diego Moraes, « la sirène du fleuve Uruguay n’est pas seulement un mélange entre une espèce humaine et une autre animal, mais peut-être l’hybride indéterminé de ces deux termes. On sait qu’elle a des extrémités, mais rien à voir avec les bras tendres d’une naïade, mais des ventouses avec de longues griffes et des nageoires. Selon le consensus général, elle a beaucoup de cheveux, mais ce ne sont ni fins ni délicats, mais verdâtres et pointus comme s’il s’agissait des moustaches de surubí. Ses yeux sont jaunes et globuleux, comme ceux d’un crapaud et la lumière les éblouit. Ce monstre donne l’impression d’être un axolotl énorme, mais ces traits ont une ressemblance éloignée aux traits humains. Sa peau, brutalement éparpillée d’éruptions, a une couleur grisâtre qui lui permet de se camoufler dans les eaux obscure du fleuve ».

Ceux qui ont consacré du temps à l’étude des croyances populaires sont d’accord sur ses caractéristiques : triste et solitaire, se cachant la plupart du temps s’il y a des bateaux, des barques ou des pêcheurs. Ce qui le distingue des autres sirènes de récits mythologiques qui ont été vues en petits groupes.

Mais, elle pourrait être le dernier spécimen de sa race et ses défenseurs la voient comme un être inoffensif qui ne ferait jamais mal à personne et qui n’y fera pas. Il s’agit tout simplement d’un élément distinctif de ces endroits et ses villageois en sont fiers. Beaucoup d’entre eux y arrivent avec la seule motivation de voir la sirène laide.

Nombre de visites :28
 
 
  
Descargue Flash Player
  
  •  LES ARTICLES LES PLUS LUS 
  
___________________________________________________________________________________________________________________________
  
   Radio Enciclopedia.Edifice N. Rue N entre 23 et 21, Vedado, La Havane, Cuba.
   Developé par Rédaction numérique de Radio Encyclopédie Dessiné pour IE4 y NC4, Res: 1024 x 768

   © Droits d'auteur Radio Enciclopedia, 2011
Directrice générale : Luisa Márquez Echevarria
courriel: lmarquez@renciclopedia.icrt.cu.
numéros de téléphone : (53 - 7) 8361882,8361883